ARCHIVÉE - OP REASSURANCE : Aux côtés de nos alliés

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article / Le 16 juillet 2014

 « De façon globale, la roto 0 de l’opération REASSURANCE a été très réussie, nous avons pu partir en déploiement en l’espace de quelques jours, mener une insertion par parachute à l’autre bout du globe et assurer un soutien à l’entraînement précieux avec nos alliés pendant plus de deux mois. Cette expérience fait certainement partie de l’un des moments clés de ma carrière et je ne pourrais être plus fier de la conduite et du professionnalisme de mes parachutistes. Je sais que la compagnie du 3 RCR pourra s’appuyer sur le travail de base que nous avons effectué avec nos alliés et continuer de représenter très bien le Canada et l’Armée canadienne.  »  - Maj James Thamer, commandant de la force opérationnelle

À la fin d’avril, l’OTAN a demandé le déploiement rapide de ressources aériennes en Europe centrale et en Europe de l’Est afin d’assurer la stabilité et la sécurité dans un environnement où les menaces étaient grandissantes. C’est ainsi que quelque 120 membres de la Compagnie B du 3e Bataillon, Princess Patricia's Canadian Light Infantry (3 PPCLI), ont été déployés en Pologne dans le cadre de l’opération REASSURANCE afin de mener des exercices aéroportés et des exercices d’infanterie avec nos alliés.

Durant la Roto 0 de l’Op REASSURANCE, le 3 PPCLI a mené de nombreux exercices d’entraînement, notamment :

  • l’Ex ORZEL ALERT (du 5 au 9 mai), l’Ex SABER STRIKE (du 9 au 21 juin),
  • l’Ex PEGASUS KORSARZ (du 23 au 27 juin) 
  • l’Ex GNIEZNO (du 2 au 6 juillet)

Lesquels ont tous exigé des membres du 3 PPCLI de faire preuve de professionnalisme, d’interopérabilité et de souplesse tout en améliorant et en renforçant la cohésion avec nos partenaires de l’OTAN.

Ex ORZEL ALERT

Le premier exercice de l’Opération, l’Ex ORZEL ALERT, consistait en une insertion par parachute conjointe dans la région du désert de Bledowska de la Pologne, suivie d’une deuxième phase comportant de l’entraînement en campagne et de l’entraînement de l’infanterie à Zagan, en Pologne, du 5 au 9 mai. L’exercice, qui visait à perfectionner et à améliorer les capacités collectives, a réuni environ 70 soldats du 1er Escadron du Régiment de cavalerie aéromobile des États-Unis (1-91 CAV) basé en Allemagne, 120 soldats du 6e Bataillon aéroporté polonais basé à Cracovie et 34 parachutistes du 4e Peloton, Compagnie B, 3 PPCLI d’Edmonton, en Alberta.

 « Le saut était impressionnant, car il démontrait l’interopérabilité entre des membres de l’OTAN  », a déclaré le commandant de la Force opérationnelle du Canada et le commandant de la Compagnie B, 3 PPCLI, le major James Thamer.  « Tout au long de l’exercice, nous avons amélioré notre fonctionnalité ensemble et nous avons échangé nos meilleures pratiques […] ce fut un entraînement extrêmement enrichissant  », a‑t‑il affirmé.

La partie de l’entraînement sur l’infanterie s’est déroulé à Zagan, en Pologne, sous la direction du 6e Bataillon aéroporté de l’armée polonaise. À cet endroit, les troupes ont : dirigé des attaques de section, des drills de maintien des compétences sur le maniement d’armes étrangères et divers exercices de tir. Elles ont également participé à une compétition amicale d’habiletés militaires qui a mis à l’épreuve leur force, leur rapidité et leurs capacités.

« L’objectif de l’entraînement était de mettre sur pied des équipes internationales qui pourraient travailler ensemble pour effectuer de l’entraînement tactique afin d’apprendre à collaborer dans l’exécution de leurs tâches,  » a affirmé le Lcol Robert Kruz, commandant du 6e Bataillon aéroporté.  « Cet exercice trilatéral était important parce qu’il nous a permis de nous exercer au combat; le fait de travailler ensemble nous a permis de développer davantage nos partenariats tout en renforçant nos capacités de défense collectives.  » 

Ex SABER STRIKE

À la suite de l’instruction initiale en Pologne, le 6e Peloton, Compagnie B, 3 PPCLI a participé à un déploiement en Lettonie afin de diriger l’Ex SABER STRIKE du 9 au 21 juin. L’Ex SABER STRIKE, un exercice de coopération de longue durée dirigé par les forces américaines en Europe, met l’accent sur la promotion de l’interopérabilité et la capacité opérationnelle. L’exercice a réuni plus de 2000 participants de dix pays différents, notamment la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie, le Canada, la Finlande, le Royaume-Uni, le Danemark, la Norvège, la Pologne et les États-Unis. L’exercice multi-latéral à facettes multiples a permis aux participants de chaque pays d’acquérir une expérience pratique de l’organisation, du contrôle et du soutien des opérations de coalitions.

Le 6Peloton s’est vu confier différentes missions tactiques durant l’exercice. Les pays ont été divisés en équipes représentant l’EST c. l’OUEST, qui se sont engagées dans un entraînement de combat de plein fouet à l’aide de l’équipement du système intégré d’engagement multiple au laser (MILES). La première tâche du 6e Peloton consistait à établir un lien avec ses homologues du R.‑U., de la Norvège et des É.‑U. et de progresser ensemble pour perturber la réserve ennemie dans sa zone défensive principale. En plein milieu de l’exercice, le 6e Peloton a renversé les rôles et est devenu partie intégrante de la contre‑attaque. L’objectif principal était alors de s’allier avec l’Estonie et de mener une attaque contre les É.-U. dans une opération débarquée contre une force mécanisée.

« Nous avons été en mesure de démontrer nos capacités et nos rôles uniques en contribuant à des exercices de stabilité régionaux  », a déclaré le Lt Max Peetsma, commandant du 6Peloton, 3 PPCLI, qui a dirigé le Peloton tout au long de l’exercice. « Pour bon nombre d’entre nous, c’était la première fois que nous travaillions avec d’autres pays dans un environnement tactique. Nous avons appris qu’il peut y avoir des conflits et des avantages à travailler ensemble. »

Ex PEGASUS KORSARZ

L’Ex PEGASUS KORSARZ était une initiative dirigée par le Canada menée dans le secteur d’entraînement de Drawsko Pomorskie, en Pologne, du 23 au 27 juin. L’exercice portait principalement sur le combat rapproché et visait à améliorer les aptitudes relatives à l’entrée dans une pièce et à la sortie tout en maintenant les aptitudes générales de combat dans les zones bâties. 

Après quatre jours d’entraînement sur les stratégies, les procédures et les drills en matière de combat rapproché, l’exercice a conduit à un raid de taille du peloton avec un objectif en milieu urbain. Chaque peloton s’est déplacé tactiquement vers l’objectif, a mené l’attaque puis s’est regroupé autour de l’objectif en utilisant les techniques qu’il avait récemment acquises. Pour accroître le réalisme, l’exercice a également incorporé un élément médical. Des blessés avaient besoin de soins durant la phase de consolidation.

L’environnement dans lequel se déroulait l’exercice a également apporté du réalisme.  « Les installations d’instruction mises à notre disposition étaient extrêmement réalistes et agréables à utiliser  », a affirmé le Sgt Tom Millar, l’instructeur d’opérations en zone urbaine qui a élaboré l’exercice.  « Nous avons l’habitude d’évoluer dans des secteurs d’entraînement stériles au Canada, l’installation ici était semi-démolie et recréait un champ de bataille réaliste.  » 

De cet exercice, les soldats de la compagnie B retiennent principalement que  « le combat urbain peut représenter l’une des tâches les plus complexes et les plus déroutantes  », a déclaré le Sgt Millar.  « En raison de cette complexité, un entraînement fréquent et réaliste est nécessaire pour maintenir nos compétences, et c’est ce que nous faisons actuellement.  » 

Ex GNIEZNO

L’Ex GNIEZNO était un exercice de défense en partenariat dirigé par le Canada, dans le cadre duquel la Compagnie B, la 2e Compagnie polonaise, le 18e Bataillon et un élément de reconnaissance (recco) avec des renforts des troupes polonaises ont mené une insertion par parachute suivie d’un détachement de protection d’un dispositif à destruction réservée à des emplacements de pont sécurisés. L’objectif de cet exercice était de démontrer la capacité des compagnies canadiennes et polonaises à travailler ensemble et de fonctionner en tant que moyen de défense précis dans un plus grand espace de bataille.

Au début de l’exercice, l’élément conjoint de recco est sauté dans le secteur, a surveillé les objectifs et a établi la zone de largage de la force de remplacement. Par la suite, 48 heures plus tard, les parachutistes de la Compagnie B et les parachutistes polonais ont mené une insertion par parachute, avant de se déplacer pour saisir les objectifs du pont pendant que l’équipe de recco effectuait un écran. Conformément à l’exercice, il fallait alors tenir les objectifs du pont pendant une certaine période avant qu’ils ne soient détruits de façon fictive lorsque l’ordre de retrait a été donné.

« Grâce à l’exercice, nous avons appris à synchroniser nos efforts dans un contexte de défense entre les forces de coopération  »  , a affirmé le Lt Cheng Xu, commandant du 5e Peloton.  « De façon importante, l’exercice a permis démontrer l’interopérabilité, non seulement au sein des forces multinationales, mais également au sein des éléments de notre propre force.  » 

Dans leur ensemble, ces quatre exercices principaux bi-latéraux et multilatéraux, combinés à un entraînement en parachutiste et un entraînement en infanterie menés par le 3 PPCLI dans le cadre de la Roto 0 de l’OP REASSURANCE ont représenté une excellente occasion d’acquérir des compétences et d’accroître notre capacité de travailler avec les alliés de l’OTAN. L’opération a veillé à ce que nos troupes soient prêtes à relever les défis d’environnements internationaux complexes, elle a contribué à la paix et à la sécurité internationales et elle a appuyé nos partenaires et nos alliés partout dans le monde.

Date de modification :