ARCHIVÉE - Exercice KAPYONG BUGLE : l’excellence en zone urbaine

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article / Le 7 mai 2015

Pour les militaires de l’ère moderne, l’aptitude à mener efficacement des opérations dans les milieux urbains complexes avec leurs collègues d’autres pays est essentielle. L’exercice KAPYONG BUGLE, un entraînement bilatéral mené avec le 5 (UK) Rifles à Paderborn, en Allemagne, du 27 avril au 6 mai dernier, a permis à environ 120 membres du 2e Bataillon, Princess Patricia's Canadian Light Infantry (2 PPCLI) de perfectionner leurs compétences essentielles.

L’exercice portait sur les opérations en zone urbaine et était axé sur le perfectionnement et l’amélioration des compétences collectives. Il se concentrait en particulier sur la mise en commun des instructions permanentes d’opération, des exercices d’opération en zone urbaine et des tactiques d’instruction en milieux urbains complexes.

«  Il s’agit d’un exercice très précieux  »,   explique le major Craig Butler, commandant de la compagnie « C » du 2 PPCLI.  « Nous avons acquis de l’expérience et de nouvelles compétences, ce qui améliore notre aptitude à mener des opérations tactiques en zones urbaines et renforce nos liens avec nos alliés du 5 (UK) Rifles. Ces derniers ont fait preuve d’un très grand professionnalisme et de politesse, tout en étant très obligeants durant tout l’exercice. » 

Les deux premiers exercices avaient lieu sur deux champs de tir distincts. Le premier portait sur l’apprentissage du maniement de l’arme de l’autre pays participant. Les militaires découvraient les caractéristiques de base de l’arme de service de l’autre armée (la C7 et la SA-80) et apprenaient les rudiments de son fonctionnement. Sur le deuxième champ de tir se déroulait une compétition de tir amicale mais intense entre les deux pays.

« La C-7 ressemble beaucoup à la SA-80  », souligne le caporal Dave Clark, de la compagnie « B » du5 (UK) Rifles, dont l’unité assurait l’exécution de l’exercice. « Il y a des différences, notamment aux niveaux du système de visée et du poids, mais dans l’ensemble c’est une armée fantastique et j’ai beaucoup aimé m’en servir.  » 

Le jour suivant, trois exercices d’opération en zone urbaine ont été tenus sous la forme d’un tournoi à la ronde dans une zone d’instruction où était reproduite une petite ville européenne typique. Ces stands d’entrée forcée dans un bâtiment en zone urbaine (groupe de 2 à 4 militaires) font appel à différentes méthodes, exercices de nettoyage de pièce et de premiers soins au combat. Ces stands d’entrée forcée et de nettoyage, de même que les compétences nécessaires pour les mener à bien, constituent l’essentiel des aptitudes tactiques en milieu urbain.

Après les premiers jours d’entraînement sur les stratégies, les procédures et les combats en zone urbaine, l’exercice s’est terminé par une attaque délibérée de compagnie. Le « groupement tactique de la Coalition » devait attaquer une section en déroute ainsi que déterminer l’effectif de la « 127Brigade d’infanterie légère » ennemie qui avait infiltré la ville. L’attaque de la compagnie s’est déroulée à la faveur de la nuit et au petit matin, les militaires pouvant alors mettre en œuvre les techniques qu’ils venaient d’acquérir. L’attaque a été repoussée avec vigueur par la 127e Brigade lors d’affrontements physiques violents.

Toutefois, en fin de compte, le « groupement tactique de la Coalition » est parvenu à atteindre ses objectifs et à sécuriser les lieux, tel qu’il en avait reçu l’ordre. Afin d’ajouter une touche de réalisme à la dernière portion de l’exercice, des pelotons constitués de sections du R.-U. et du Canada ainsi que des « civils » ont été disséminés dans les forces ennemies, compliquant ainsi davantage le scénario.

Ce genre de collaboration multinationale permet de simuler la réalité de nombreux conflits modernes.  « Mettre sur pied des équipes internationales nous oblige à apprendre à coopérer lorsque nous faisons de l’entraînement tactique », précise le lieutenant Eric Henderson, du peloton « 8 » du 2 PPCLI.   « Nous devions synchroniser nos efforts et adapter nos compétences afin d’atteindre nos objectifs généraux. » 

Globalement, l’exercice KAPYONG BUGLE permettait de s’assurer que le 2 PPCLI est en mesure de collaborer avec nos partenaires internationaux pour la paix et la sécurité et qu’il est prêt à relever les défis des milieux urbains complexes.

Date de modification :