Ottawa reconnait les unités de l’Armée avec le droit de cité

Article / Le 19 septembre 2017 / Numéro de projet : 17-0202

Par Steven Fouchard, affaires publiques de l'Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Ottawa (Ontario) — Le ville d’Ottawa a montré sa gratitude envers les unités militaires locales et les corps de cadet avec un rare honneur où plus d’une dizaine d’unités ont marché dans les rues de la ville le samedi 16 septembre.

Les représentants municipaux de la capitale ont accordé à ces unités le droit de cité, un honneur historique tirant ses origines de l’Angleterre du 15e siècle qui est normalement accordé qu’à une seule unité à la fois. Cependant, avec la convergence des célébrations du 150e anniversaire et de la Course de l'Armée du Canada, qui avait lieu de lendemain, la ville a étendu l’honneur aux 18 unités militaires et trois unités de cadets qui ont été honorées depuis la fin du 19e siècle.

Le lieutenant-colonel Christopher Jackson, commandant du Cameron Highlanders of Ottawa (Duke of Edinburgh’s Own), qui est le régiment officiel de la ville d’Ottawa, a dirigé les unités lors d’un défilé.

Selon la tradition, le Lcol Jackson a eu le privilège supplémentaire de faire une marche cérémoniale jusqu’aux portes de l’hôtel de ville, où il a reçu la permission du maire de marcher avant de diriger lui-même le défilé.

« Pour moi personnellement, me faire demander d’être le commandant du défilé, de voir mon sergent-major régimentaire, l’adjudant-chef Michael Lever, nommé sergent-major du défilé, et d’avoir le privilège de diriger un certain nombre d’unités distinguées des Forces armées canadiennes et des unités de cadets est un grand honneur, » dit-il.

« Le Cameron Highlanders est le régiment de la ville, » ajoute le Lcol Jackson. « Nous avons toujours eu un sentiment d’appartenance avec Ottawa et les différentes collectivités qui composent notre spectaculaire capitale nationale. »

Étaient également présent l’ancien commandant de l’Armée canadienne, le lieutenant-général (retraité) Andrew Leslie, maintenant député, le major-général Simon Hetherington, commandant du quartier-général du Centre de la doctrine et de l’instruction de l’Armée canadienne, le major-général Paul Bury, Chef – Réserves et cadets, et le colonel Richard Goodyear, commandant de l’Unité de soutien des Forces canadiennes (Ottawa).

La pratique d’accorder le droit de cité aux unités militaires a commencé pendant la guerre des Deux-Roses, une série de conflits entre des dynasties puissantes de famille britannique qui avaient des revendications concurrentes du trône. Les représentants de la ville à l’époque rencontraient les commandants d’unité pour déterminer si leurs intentions étaient amicales ou non.

Si c’était le cas, l’unité se voyait accorder le droit de cité et ainsi la permission de marcher dans les rues au rythme des tambours, drapeaux au vent et baïonnettes au canon. La Ville d’Ottawa a accordé son premier droit de cité au 14e Bataillon de Kingston en 1894.

Le maire actuel Jim Watson a accordé l’honneur à cinq unités, y compris le 3e Bataillon, Royal Canadian Regiment, en 1999, et le 33e Groupe-brigade du Canada en 2013. L’an passé, il a été accordé au des 2784 cadets de la garde à pied du Gouverneur général, l’escadron 51 Cadets de l'air, et à la 7e Compagnie du renseignement (Ottawa).

« Le défilé du droit de cité est une excellente façon de souligner le 150e anniversaire du Canada, tout en mettant en lumière la confiance de nos résidents envers notre armée locale, » explique M. Watson. « La cérémonie est une excellente occasion de souligner et remercier les troupes militaires qui ont fièrement servi et représenté non seulement le Canada, mais Ottawa plus précisément. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :