Op UNIFIER - Champ de tir de grenades (Vidéo)

Vidéo / Le 5 décembre 2016 / Numéro de projet : ncr-vid-16-0311-03-grenade-range

 

(Un excavateur se tourne vers la caméra. L’excavateur se trouve sur un monticule de terre, entouré de bastions HESCO, sur lesquels se tiennent des soldats)

 (Gros plan d’un excavateur qui ramasse de la terre)

Adjudant-maître John Brogaard

Ajdum du Contrôle des champs de tir, Opération UNIFIER

(voix hors champ) Ce que vous voyez ici est la construction d’un champ de tir de grenades interarmées Canada, États-Unis, Ukraine.

(Plan, à travers la fenêtre, d’un conducteur d’équipement lourd utilisant un excavateur et déchargeant de la terre dans des bastions HESCO)

(voix hors champ) Avec les forces américaines et canadiennes ici, nous avons conçu un plan pour le champ de tir de grenades pour que les Ukrainiens deviennent interexploitables avec les forces de l’OTAN.

(Fin du bruit de l’équipement d’excavation)

(Gros plan de l’adjudant-maître John Brogaard se tenant devant la zone d’excavation)

(voix hors champ) Nous avons donc utilisé les meilleures règles de sécurité des deux pays pour concevoir ce qui se trouve derrière nous, un champ de tir très sécuritaire sur lequel l’armée ukrainienne pourra s’entraîner, une fois terminé.

(On entend l’équipement d’excavation)

(Des soldats travaillent sur des bastions HESCO et autour de ceux-ci à l’aide de pelles. L’adjudant-maître Brogaard s’entretient avec d’autres soldats sur le terrain)

(voix hors champ) Maintenant sur le site, il y a plus de 30 soldats ukrainiens, deux opérateurs civils d’équipement lourd et moi.

(Vue latérale de bastions HESCO et de soldats effectuant des travaux sur les monticules de terre)

(voix hors champ) Il est construit de bastions HESCO.

(Plan de deux soldats pelletant de la terre sur des bastions HESCO)

Et il s’agit de barrières de fortune remplies de terre qui, une fois construites, peuvent arrêter beaucoup d’effets.

(Vue en plan général du champ de tir de grenades. Des piles de bastions HESCO forment le périmètre de trois aires rectangulaires dans un vaste terrain poussiéreux)

(voix hors champ) Dans le complexe, il y aura trois baies identiques

(Vue panoramique des murs de l’enceinte créés par les bastions HESCO depuis l’intérieur d’une enceinte)

(voix hors champ) d’une largeur de 40 mètres et d’une longueur de 100 mètres, avec trois baies de lancement, et nous pouvons avoir jusqu’à neuf lanceurs qui s’exécutent.

(Gros plan de l’adjudant-maître John Brogaard observant un excavateur en compagnie d’autres soldats. L’excavateur pousse de la terre dans des bastions HESCO)

Une fois que le champ de tir de grenades est jugé sécuritaire et opérationnel, nous remettrons le site à l’armée ukrainienne.

(voix hors champ) Ça montre à l’armée ukrainienne à quoi ressemble un champ de tir sécuritaire. Puis, nous passerons aux autres champs de tir et commencerons à construire d’autres champs de tir sécuritaires pour nos homologues ukrainiens.

(Fin du bruit de l’équipement d’excavation)

(Fondu au noir avec le slogan de l’Armée canadienne « Forts. Fiers. Prêts. » au centre de l’écran. L’identificateur visuel de l’Armée canadienne se trouve dans le coin inférieur droit de l’écran.)

(Fondu vers le mot symbole Défense nationale avec l’information sur les droits d’auteur : Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de la Défense nationale, 2016)

(Fondu au mot symbole Canada)

(Fondu au noir)

 

 

Date de modification :