L’exercice WORTHINGTON CHALLENGE (vidéo)

Vidéo / Le 18 novembre 2016 / Numéro de projet : 16-232-1

 

(Fondu sur une scène d’un char muni d’un drapeau américain faisant feu dans une clairière boisée)

(Plan de coups de feu en succession rapide avec différents chars qui font feu)

(Plan sur une scène d’un char circulant sur une route de gravier poussiéreuse. Bruit d’un moteur et d’un char qui tire)

(Plan sur le lieutenant-colonel Vince Kirstein parlant à la caméra)

Lieutenant-colonel Vince Kirstein

Juge en chef de l’exercice

L’exercice WORTHINGTON CHALLENGE est une compétition internationale qui a lieu ici, à Gagetown (Nouveau-Brunswick), permettant d’évaluer les compétences au niveau de l’équipage en termes de la mesure dans laquelle ils travaillent en équipe en tant qu’équipage de véhicule blindé. 

(Fondu musical)

(Scène de deux G-Wagon circulant sur une route de gravier dans la forêt. Un G-Wagon s’arrête rapidement.)

(Plan sur une scène de soldats transportant un soldat blessé hors d’un G-Wagon et effectuant les premiers soins. Le mot « simulation » se trouve dans le coin supérieur gauche de l’écran)

(Voix hors champ) Cela ne veut pas dire qu’ils travaillent toujours sur leur véhicule, mais ça évalue de quelle façon ils travaillent en tant qu’équipage, parfois montés et dans certains cas à pied.

(Plan sur des scènes d’un champ de tir pour armes légères avec des soldats tirant des cibles)

(Voix hors champ) Participant à l’Ex WORTHINGTON CHALLENGE, il y a évidemment des équipes du Canada, mais également des États-Unis, du Danemark, du Chili et de la Nouvelle-Zélande. 

(Plan sur une scène de soldats pratiquant des exercices d’équilibre sur des poutres en bois)

(Plan sur char et un G-Wagon circulant sur des routes de terres inondées)

(Voix hors champ) La compétition internationale nous permet non seulement d’être en compétition entre nous et de bâtir un sentiment de camaraderie, mais également d’apprendre des leçons apprises de tous afin de tirer parti de l’expérience de chacun.

(La musique disparaît graduellement)

(Plan sur une scène de deux chars faisant feu dans un champ. Les chars ont de petits drapeaux chiliens)

(Plan sur le sous-lieutenant Lionel Correa parlant devant la caméra)

Sous-lieutenant Lionel Correa

Commandant d’équipage, armée chilienne

Nous avons procédé au tir, deux chars fonctionnant en même temps. Nous avions deux équipages communiquant entre eux dans une langue, puis avec la tour dans une autre. C’est la chose la plus chouette que j’ai faite jusqu’à maintenant.

(Plan sur une scène de deux chars tirant dans un champ. Les chars s’éloignent et continuent de tirer.)

Nous ne voyons pas aussi loin de ce à quoi nous sommes habitués au Chili. La partie nord, où nous travaillons et où se trouve notre unité, est principalement déserte et aride. J’ai donc une vue de 10 kilomètres où je peux voir parfaitement. Mais ici, il y a des arbres, de la forêt et des collines. Par exemple, vos cibles approchent beaucoup plus de ce à quoi nous sommes habitués. Nous sommes habitués à des distances de plus de trois kilomètres. Vous avez des cibles qui arrivent à 700 mètres, 1200 mètres, alors nous étions tous surpris de cela. Je crois que nous avons bien fait au point de vue du tir.

(Un char avec un drapeau américain circule sur la route du champ de tir pour char)

Lieutenant-colonel Vince Kirstein

(Voix hors champ) L’exercice WORTHINGTON CHALLENGE n’aide pas seulement à entraîner nos soldats et les soldats internationaux, mais il souligne certains des défis liés aux échanges avec d’autres pays. Certaines pièces d’équipement ne sont pas compatibles. Certaines de nos procédures ne sont pas compatibles.

(Gros plan sur le lieutenant-colonel Vince Kirstein)

Donc, le fait de surmonter ces défis peut aider à nous préparer pour les tâches futures où nous pourrions être déployés dans un contexte de coalition.

(Plan sur une vue de face d’un char avec un drapeau danois pendant qu’il tire)

(Gros plan sur le lieutenant-colonel Thomas Fogh)

Lieutenant-colonel Thomas Fogh

Armée royale danoise

C’est une belle vue de certains pays de l’OTAN et nous pouvons identifier les lacunes en matière d’instruction et les procédures afin de retenir les leçons en vue d’améliorer notre niveau d’instruction et nous concentrer sur les endroits où nous pourrions avoir ces lacunes en comparaison aux autres pays de l’OTAN.

(Un soldat monte dans un G-Wagon)

Soldat danois (passager) :

Bonjour

Soldat canadien (conducteur) :

Bonjour

(Un char et un G-Wagon passent devant la caméra sur une route inondée)

(Gros plan sur le colonel Craig Aitchison)

Colonel Craig Aitchison

Commandant, Centre d’instruction au combat, Gagetown

Les liens avec nos partenaires internationaux sont importants. Nous avons travaillé étroitement avec l’armée américaine sur des opérations dans le passé. 

(Fondu musical)

(Plan sur une scène de soldats franchissant une course à obstacles)

(Plan sur une scène de soldats administrant les premiers soins sur un soldat blessé. Le mot « simulation » se trouve dans le coin supérieur gauche de l’écran)

(Plan sur une scène d’un véhicule blindé qui fait feu)

Les Danois ont partagé une longue relation en Afghanistan, par exemple. Nous mettons l’accent davantage sur nos relations entre les armées avec le Chili et bien sûr la Nouvelle-Zélande, dans le cadre des Four Eyes nations des armées ABC. Et donc, ces relations sont toutes incroyablement importantes et il s’agit d’une des façons de les faire progresser.

(Plan sur une scène d’un véhicule blindé circulant sur le champ de tir en faisant feu.)

(La musique disparaît graduellement)

(Fondu sur les mots « Forts. Fiers. Prêts » et l’identificateur visuel de l’Armée canadienne.)

(Caméra: CAPORAL-CHEF Robert LeBlanc, CAPORAL Peter Ford, CAPORAL Geneviève Lapointe, CAPORAL Andrew Wesley, MATELOT DE 3E CLASSE Karine Gourlie, L’AVIATEUR PRINCIPAL Leon Bussey, Mike Munro)

(Fondu sur l’identificateur de la Défense nationale et les renseignements sur les droits d’auteur. Fondu sur le mot-symbole Canada.)

(Fondu au noir)

 

 

Date de modification :