Aucun desistement quand il est question d’inconduite sexuelle dans l’Armée canadienne (vidéo)

Vidéo / Le 15 novembre 2016 / Numéro de projet : 16-0007

 

Major Craig Gardner Officier d’éthique de l’Armée canadienne

(Fondu sur une présentation PowerPoint projetée sur un écran, avec les mots « Cours de coordonnateur de l’éthique de l’unité : comportements sexuels inappropriés. Opération HONOUR »)

(Coupure et plan du major Craig Gardner donnant le cours de coordonnateur de l’éthique de l’unité à des militaires assis autour d’un bureau. Une présentation PowerPoint est projetée sur un écran derrière lui)

 (Le major Gardner s’adresse à la classe)

Si quelqu’un fait une blague raciste au travail, il va probablement se faire confronter. Je crois que le sexisme est quant à lui bien présent et tangible. Si le racisme n’est pas toléré dans le cadre de nos activités, pourquoi le sexisme le serait-il?

(Texte à l’écran : Major Craig Gardner, officier de l’éthique de l’Armée canadienne)

(Coupure et plan rapproché du major Craig Gardner devant un bâtiment en brique, s’adressant à la caméra)

La formation sur l’éthique que je donne s’adresse aux militaires à partir du grade de caporal-chef. Les participants à mes cours vont généralement de l’adjudant jusqu’au capitaine et au major.  Ceux-ci deviendront les coordonnateurs de l’éthique de leur unité. 

(Coupure et plan du major Craig Gardner donnant le cours de coordonnateur de l’éthique de l’unité à des militaires)

 (Voix hors champ)Le séminaire comptait deux jours auparavant; j’ai donc ajouté une troisième journée. Il s’agit d’une séance de six heures qui vise à sensibiliser les militaires aux problèmes d’inconduite sexuelle et de comportements sexuels inappropriés au sein de l’Armée canadienne.

(Coupure et plan rapproché du major Craig Gardner devant un bâtiment en brique, s’adressant à la caméra) La formule fonctionne bien lorsque je parle de conduite personnelle, de comportement éthique et du travail que je fais du point de vue de l’éthique sur le champ de bataille, et de la façon dont les comportements sont influencés par l’environnement et la situation de travail. C’est une progression naturelle des deux premières journées de mon séminaire.

(Coupure et plan du major Craig Gardner donnant le cours de coordonnateur de l’éthique de l’unité à des militaires)

(Le major Gardner s’adresse à la classe) Il n’est pas question d’excès de rectitude politique. Il s’agit plutôt de cette culture, cette culture que nous avons en quelque sorte créée au sein de notre institution. Nous devons simplement nous secouer un peu pour nous en défaire.

(Voix hors champ) C’est un point très important à ajouter. Nous devons en parler. Lorsque je donne mon séminaire, le cours est très interactif. Beaucoup de participants veulent en parler. Une fois que la porte est ouverte à ce genre de discussion et de dialogue, nous pouvons faire bouger les choses.

Le leadership est essentiel aux discussions sur l’éthique. Lorsque je forme ces militaires en vue de leur retour dans leur unité, je suis très clair : il leur incombe d’habiliter l’équipe de commandement et les leaders, afin que ceux-ci agissent à leur tour et parlent d’éthique et d’inconduite sexuelle.

(Coupure et plan rapproché du major Craig Gardner devant un bâtiment en brique, s’adressant à la caméra) Pour arriver à changer notre culture de quelque façon que ce soit, nous devons influencer le climat lui-même et forcer les choses à bouger. C’est en se concentrant sur les soldats et le leadership et en parlant du problème que nous pourrons y parvenir.

(Fondu sur un écran noir avec l’inscription « Forts. Fiers. Prêts. » au centre. L’identificateur visuel de l’Armée canadienne est dans le coin inférieur droit)

(Fondu sur le mot-symbole « Défense nationale » et l’avis de droit d’auteur : Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de la Défense nationale, 2016)

(Fondu sur le mot-symbole « Canada »)

(Fondu au noir)

 

 

Date de modification :