The Ontario Regiment s’exerce à la guerre en hiver pendant l’exercice ARCTIC LYNX

Article / Le 2 février 2016 / Numéro de projet : c-ar-ex-arctic-lynx

Quand on entend parler de reconnaissance blindée, on pense souvent à des soldats à bord de véhicules en mouvement en campagne. Pourtant, pour The Ontario Regiment, les opérations à pied peuvent être tout aussi importantes. Le lieutenant-colonel Michael Rostek, commandant du The Ontario Regiment explique : « à titre de régiment blindé de reconnaissance, nous maîtrisons aussi bien la reconnaissance rapprochée [à pied] que les plateformes de nos véhicules. Nous sommes aussi souvent à l’extérieur qu’à l’intérieur de nos véhicules. »

La reconnaissance rapprochée était effectivement à l’ordre du jour pour les quelques 50 membres du The Ontario Regiment d’Oshawa et de la région de Durham qui ont participé à l’exercice ARCTIC LYNX, qui s’est déroulé au Centre d’instruction de la 4e Division du Canada Meaford, du 22 au 24 janvier 2016. Cet exercice a donné l’occasion aux soldats de s’exercer à la guerre dans de dures conditions hivernales. Le scénario était fondé sur le concept de force contre force. Une force effectuait la reconnaissance, planifiait son assaut et menait une attaque contre une autre force indépendante. « Nous vivons dans un pays où il y a des hivers. Il nous faut apprendre à les apprivoiser et à combattre en hiver », raconte le caporal Nathan Blake, quand on lui demande pourquoi ce genre d’entraînement est important.

Le caporal Blake, qui dans le civil, exerce le métier de pompier, est aussi un exemple des liens étroits qu’entretient The Ontario Regiment avec les collectivités de la région de Durham. « Nos soldats proviennent des collectivités de la région et sont fiers des 150 ans de tradition de notre régiment. D’autres régiments ont des liens d’attache avec leur région, mais ils semblent particulièrement serrés dans notre cas », explique le lieutenant-colonel Rostek. Le maire d’Oshawa, par exemple, félicite chacun des soldats du régiment à leur retour de mission à l’étranger. À leur tour, de nombreux membres du régiment qui reçoivent un appui de la région de Durham dans le cadre de leur service militaire appuient aussi les collectivités quand ils sont en civil, comme enseignants ou membres du personnel des services d’urgence.

Par le capitaine Scott Atchison, officier des affaires publiques du 33e Groupe-brigade du Canada

Date de modification :