ARCHIVÉE - Des réservistes de l’Armée de terre, des membres des Rangers canadiens et des cadets apprennent des techniques de survie et célèbrent leur histoire dans le Nord de l’Ontario

Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Article / Le 13 février 2015 / Numéro de projet : c-ar-moose-survival

Environ 100 membres de l’Algonquin Regiment, des Rangers canadiens et du Corps de cadets du Nord de l’Ontario ont participé à l’exercice MOOSE SURVIVAL, qui s’est déroulé du 6 au 8 février 2015, à Cobalt, en Ontario. Le samedi, ils se sont exercés à utiliser des techniques de survie, puis le dimanche, ils ont défilé à l’occasion d’une cérémonie durant laquelle ils se sont vu accorder le droit de cité à Cobalt.

Durant la première journée, les membres de l’Algonquin Regiment et du Corps de cadets ont eu une occasion unique de se faire enseigner des techniques de survie par des experts en la matière, soit des rangers du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens. Par exemple, ils ont appris comment faire un feu, construire un abri improvisé, piéger des animaux au collet, pêcher sur la glace et se tirer d’affaire si jamais ils tombent dans l’eau glacée. « Il est essentiel que nous maîtrisions les techniques de survie en hiver, a expliqué le lieutenant‑colonel Pat Bryden, commandant de l’Algonquin Regiment, car en tant que militaires et que citoyens du Nord, nous en avons besoin non seulement dans le cadre des opérations et des combats que nous menons en hiver, mais aussi dans notre vie civile. »

Le deuxième jour de l’exercice, les participants ont défait leur camp d’hiver et ont défilé au cours d’une cérémonie durant laquelle ils se sont vu accorder le droit de cité dans la ville voisine de Cobalt. Ce type de défilé s’inscrit dans une longue tradition militaire. Dans le passé, lorsqu’une unité militaire était jugée digne de confiance, le droit de cité lui était accordé, ce qui l’autorisait à défiler dans les rues tambours battants, drapeaux flottants et baïonnettes au canon. Il s’agissait d’un honneur particulier pour les membres de l’Algonquin Regiment qui sont basés à Cobalt, car il y a 100 ans, le Régiment a recruté des hommes de Cobalt et des environs qui ont participé aux combats menés durant la Première Guerre mondiale. La mairesse de. Cobalt, Tina Sartoretto, a dit du défilé qu’il « a non seulement une valeur symbolique, mais aussi le pouvoir d’émouvoir. Malgré le froid, les habitants de la ville ont été nombreux à assister au défilé et à manifester leur soutien à l’Algonquin Regiment. » Valery Williams, dont le grand‑père résidait à Cobalt et a servi durant la Première Guerre mondiale et la Deuxième Guerre mondiale, a expliqué qu’elle était heureuse de constater que les habitants continuaient d’entretenir un lien fort avec les militaires.

L’Algonquin Regiment relève du 33e Groupe‑brigade du Canada, qui est une formation militaire regroupant 16 unités de la Force de réserve de l’Armée de terre basées à divers emplacements dans l’Est et le Nord de l’Ontario. Pour obtenir plus de renseignements sur le 33e Groupe‑brigade du Canada et l’Algonquin Regiment, consultez la page Facebook du 33e Groupe‑brigade du Canada, à l’adresse www.facebook.com/33cbg

Par le capitaine Scott Atchison

Date de modification :