The Algonquin Regiment - Histoire

Notre histoire

Les origines du The Algonquin Regiment remontent au 1er juillet 1900, à la création du 97th Regiment of Rifles. Les racines de l’ancienne formation et de la nouvelle sont profondément ancrées dans le Nord de l’Ontario. En effet, ces régiments ont été composés à partir de compagnies situées aussi loin dans l’ouest que Sault Ste. Marie — lieu du premier quartier général — et dans l’est qu’à North Bay. Nos compagnies indépendantes peuvent retracer leurs vraies origines à 1863 et aux invasions des féniens de 1866.

Depuis la création de notre unité, ses robustes soldats du Nord ont toujours répondu à l’appel, et leur sacrifice durant les conflits auxquels le Canada a participé a valu au Régiment 28 honneurs de guerre. Nombre de nos soldats sont recrutés parmi les mineurs, les bûcherons et les chasseurs du Nord.

De 1908 à 1926, le quartier général du régiment était situé à Sudbury en Ontario; il se trouve maintenant à North Bay. Le régiment est formé de deux compagnies de fusiliers : la compagnie « A », à North Bay et la compagnie « B », à Timmins. Au fil des ans, le Régiment a été présent dans tout le Nord de l’Ontario à plusieurs reprises, établissant des compagnies à : Callendar, Cobalt, Cochrane, Elk Lake, Haileybury, Huntsville, Kapuskasing, Kearny, Kirkland Lake, Loring, New Liskeard, Parry Sound, Powassan, Sturgeon Falls, Sundridge, Thessalon, et Virginiatown. Aujourd’hui, le régiment est aussi affilié à huit corps de cadets répartis dans le Nord de l’Ontario.

Dès le déclenchement de la Première Guerre mondiale, plusieurs centaines de soldats du Régiment sont partis outre-mer au sein du 48th Highlanders of Canada. Le régiment a ensuite recruté quatre mille jeunes hommes qui sont devenus membres du 122e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien.

En 1936, notre régiment a été amalgamé avec The Northern Pioneer (auparavant connu sous les noms de The 23rd Regiment et The Northern Fusiliers). Aujourd’hui, son insigne de col historique est toujours porté par les membres du The Algonquin Regiment. Nos deux régiments et leurs cinq bataillons outre‑mer ont remporté ensemble les honneurs de bataille suivants :

  • Ypres, 1915, 1917
  • Festubert, 1915
  • Arras, 1917
  • Cote 70
  • Somme, 1918
  • Saint‑Quentin
  • Bapaume, 1918
  • Ligne Hindenburg
  • Epéhy
  • Canal de Saint‑Quentin
  • Beaurevoir
  • Cambrai, 1918
  • France et Flandres 1915, 1917‑1918

Toujours en 1936, notre quartier général et une partie de notre régiment ont été amalgamés avec le The Sault Ste. Marie Regiment et a été rebaptisé The Sault Ste Marie and Sudbury Regiment (Machine Gun), connu aujourd’hui sous le nom de 49th Field Artillery Regiment, est situé à Sault Ste. Marie. Notre régiment a des liens étroits et profonds avec les communautés des trois unités de combat appartenant à la 4e Division canadienne.

Dès le déclenchement de la Première Guerre mondiale, la majorité de nos soldats en service ont été mobilisés au sein du Grey and Simcoe Foresters. Notre Régiment lui-même a été mobilisé en vue d’un service actif le 24 mai 1940. À l’origine, l’unité servait au Canada et était chargée de défendre le territoire national au sein de la 20e Brigade d’infanterie de la 7e Division du Canada et à Terre-Neuve de 1942 à 1943. Le Régiment s’est embarqué pour la Grande‑Bretagne en juin 1943 et a débarqué en Normandie au sein de la 10e Brigade d’infanterie de la 4e Division blindée du Canada. Les soldats du Régiment se sont battus en tant qu’unité d’infanterie d’avant-garde à Falaise, protégeant de nombreuses têtes de pont sur des canaux en Hollande et en Allemagne, et ont gagné les honneurs de guerre suivants :

  • Falaise
  • Route de Falaise
  • La Laison
  • Chambois
  • La Seine, 1944
  • Moerkerke
  • L’Escaut
  • Poche de Breskens
  • La Basse-Meuse
  • La Rhénanie
  • La Hochwald
  • Veen
  • Canal Küsten
  • Bad Zwischenahn
  • Nord‑Ouest de l’Europe, 1944‑1945

En 1947, le roi George a accordé au régiment le droit de porter un fond rouge derrière l’insigne de coiffure de l’unité pour rendre hommage au sacrifice des hommes lors des batailles pour l’occupation des têtes de pont pendant la Seconde Guerre mondiale. De tous les honneurs individuels accordés pour ces combats, trois Ordres du service distingué (DSO), deux Officiers de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE), dix Croix militaires (MC), trois Médailles de conduite distinguée (DCM), quatorze Médailles militaires (MM), vingt citations à l’ordre du jour, ainsi que plusieurs autres décorations venant de l’étranger, ont été décernés.

En 1951, le régiment a mobilisé deux compagnies temporaires dans la Force active, appelées compagnies « E » et « F », et les a affectées au 1st Canadian Infantry Battalion pour servir en Allemagne avec l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. En 1952, ces soldats sont passés au 2nd Canadian Infantry Battalion, nouvellement formé, pour servir en Corée avec les Nations Unies.

En 1954, le Régiment est revenu chez lui en Ontario, a été converti en unité blindée et rebaptisé The Algonquin Regiment (26e Régiment blindé), CBRC. Il est redevenu une unité d’infanterie en 1965.

Deux soldats du Régiment ont reçu la Croix de Victoria (CV). Pendant la Première Guerre mondiale, le sergent William Merrifield, CV, était un membre du 97th Algonquin Rifles quand il est parti outre-mer et a reçu la Croix de Victoria pour son courage alors qu’il servait au sein du 4e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien, le 1er octobre 1918. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le sergent Aubrey Cosens, CV, s’est joint au Algonquin Regiment à Latchford et a reçu la Croix de Victoria à titre posthume en combattant dans le Queen’s Own Rifles les 25 et 26 février 1945.

Des monuments commémoratifs importants se trouvent dans de nombreuses villes de Hollande comportant des canaux ainsi que dans les communautés de Parry Sound, North Bay et New Liskeard.

Plus d'histoire sur The Algonquin Regiment peut être trouvé sur le site Internet Histoire et patrimoine.

 

Date de modification :