The Royal New Brunswick Regiment (Carleton & York)

Identification de l’unité

The Royal New Brunswick Regiment (Carleton & York) Badge

SPEM REDUXIT

"L'espoir ravivé"

Liens connexes

Réserve de l'Armée

Graphique : Joanna Gajdicar

Joignez notre équipe

N’hésitez pas à nous téléphoner pour obtenir plus d’information. Nous nous ferons un plaisir d’étudier votre Curriculum Vitae et de vous faire visiter notre unité.

Le recruteur de notre équipe

Nom : Sgt Tiidus
Téléphone: 506-460-7498
Courriel : erik.tiidus@forces.gc.ca

Nom : Sgt Clerk
Téléphone: 506-460-7493
Courriel : william.clerk@forces.gc.ca

Ou

Téléphone: 1-800-856-8488
Trouvez un centre de recrutement près de vous. 

Entraînement

Soirée de rassemblement de l’unité : jeudi soir, de 19 h à 22 h (sept à juin) et une fin de semaine par mois. 

Métiers dans notre unité

Équipement

 

Qui nous sommes

Le 1er Bataillon, The Royal New Brunswick Regiment (Carleton and York) est rattaché à l’Infanterie et a son quartier général (QG) à Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Il est constitué de trois compagnies (cie) : la Cie A, établie à Edmundston, ainsi que la Cie B et la Cie d’administration et de commandement (Cie Adm & Comd), toutes deux établies à Fredericton, en plus d’un peloton (pon) qui se trouve à Saint John.

Avantages de l’enrôlement

Lorsque vous vous joignez à notre unité, vous recevrez une rémunération concurrentielle pour votre travail à temps partiel ou à temps plein. Vous êtes également admissible pour une formation en cours d’emploi qui pourrait vous être utile dans votre vie civile. Aussi, il y a des avantages médicaux, dentaires et éducatifs qui sont offerts aux réservistes de l’Armée.

Voici les détails :

Équipe de commandement

  • Commandant : Lieutenant-colonel Roch Couturier
  • Sergent-major : Adjudant-chef Wayne Snow

Fredericton

Manège militaire Carleton
3 rue Carleton 
Fredericton, NB
E3B 4Y1

Téléphone: 506-460-7404

Edmundston

Manège militaire Barrack Green
Saint John, NB
60 avenue Broadview
E2L 5C5

Téléphone : 506-637-7715

Nouvelles

Radar à moyenne portée (RMP)

Le radar à moyenne portée : un système portatif puissant qui s’ajoute à la boîte à outils de l’Armée canadienne

Ottawa (Ontario) — Les récentes opérations militaires menées dans des endroits comme l’Iraq et l’Afghanistan nous ont fait réaliser que les petites armes – même improvisées – sont à la fois difficiles à détecter et meurtrières.
Le 19 avril 2018

Le major-général Hetherington, accompagné du colonel honoraire de l’Armée canadienne Paul Hindo

« Respectons l’Arctique » : Major-général Simon Hetherington

Ottawa, en Ontario — Le major-général Simon Hetherington, commandant du Centre de doctrine et d’instruction de l’Armée canadienne (CDIAC), situé à Kingston (Ontario), avait l’intention de passer une fin de semaine éclair à Resolute Bay à la fin février 2018 en vue d’observer l’instruction dans l’Arctique qui s’y passait – mais « l’éclair » a presque été remplacé par un blizzard qui aurait prolongé son séjour.
Le 13 avril 2018

L’engin blindé du génie Leopard 2

Le nouvel engin blindé du génie Leopard 2 : une évolution naturelle

Edmonton (Alberta) — Dans le cadre du projet de l’Amélioration de la mobilité des forces (AMF), l’Armée canadienne (AC) a commencé à recevoir 18 nouveaux engins blindés du génie Leopard 2 (EBG Leo 2) à la fin de l’automne 2017, afin d’apporter un soutien crucial aux chars de combat principaux Leopard 2 de l’AC, aux véhicules blindés légers, véhicules de patrouille blindés tactiques et aux parcs futurs.
Le 12 avril 2018

Voir d'autres nouvelles

Notre histoire

Les débuts - Le régiment est mis sur pied en 1787 pour appuyer les troupes impériales régulières dans la défense du Nouveau-Brunswick, rôle dont il s’acquitte avec brio. Pendant la guerre de 1812, de nombreux miliciens se joignent aux régiments territoriaux ou aux régiments de ligne pour se mettre au service de leur roi. En 1834, la milice des comtés de Carleton et de York est constituée de cinq bataillons, établis à Wicklow, à Woodstock, à Kingsclear, à Douglas et à Fredericton.

Bien des années plus tard, l’évocation des Fenians rappellerait leurs exploits à Ridgeway, mais en 1866, ils représentent une menace réelle pour la paix et la sécurité au Nouveau-Brunswick. Quand des troupes fenianes commencent à se masser à East Port et à Calais, dans l’état du Maine, des détachements de miliciens sont dépêchés pour garder la frontière en cas d’attaques, et d’autres embarquent à bord du navire de transport de troupes de Sa Majesté Simoon, qui met le cap sur Saint Andrews en compagnie d’un navire de guerre britannique. Les Fenians se retirent toutefois, après une attaque délusoire sur le poste de douane d’Indian Island.

À la veille de la confédération, le régiment sert déjà la Couronne britannique depuis 80 ans. Les événements qui poussent les provinces de l’Amérique du Nord britannique à s’unir entraînent une période de réorganisation pour le régiment. La milice ayant été largement réformée, le besoin de différents types d’unité se fait sentir. Par conséquent, le 27 février 1880, la 8e Compagnie est détachée du 67e Bataillon, Carleton Light Infantry pour devenir la Brighton Company of Engineers, sous le commandement du Major DM Vance. Elle devient plus tard la 1st (Brighton) Field Company du 6th Divisional Engineers. C’est la plus ancienne des unités de génie du Canada, et 21 ans s’écouleront avant qu’une autre ne soit constituée.

Poursuivre la lecture : The Royal New Brunswick Regiment

Date de modification :